HÉLÈNE DU TRÉMOLET DE LACHEISSERIE

Originaire de “Briançon, Chamonix, Cherbourg, Versailles, Caen et re-Chamonix”, Hélène pratique avec passion les arts et la musique qui ont marqué toute son enfance.

Alors qu’elle s’essaie aux langues étrangères appliquées durant une année à Chambéry, sa chambre d’étudiante est un véritable atelier d’artiste : c’est la période des collections de peinture acrylique “Cercles de rêves” et “Labycolors”.

Puis guidée par son COEUR, elle se retrouve à Grenoble et s’oriente dans le domaine de la communication d’entreprise. Elle travaille au service communication d’un site de production chimie où elle découvre à 20 ans les dessous d’une micro société et les comportements des humains et relations de cœur et + si affinités sur un lieu de travail.
C’est pour elle le début de l’exploration des cœurs volatiles : en fil de fer, en peinture, en ombres et lumières, en sculptures, cette source d’inspiration est intarissable.

Son COEUR la guide vers de nouveaux horizons à Gand, en Belgique et c’est le début des cœurs complexes à l’encre de chine. Elle poursuit une formation en communication et marketing à l’EFAP-ECS Bruxelles durant une année.

Puis son COEUR se retrouve dans les valises de cet homme marié au vent et aux quatre coins du monde… pour atterrir dans la campagne vaudoise à Mézières, en Suisse, en octobre 2005. Son âme d’artiste ne la quitte pas, elle travaille aussi pour un magnifique groupe horloger au département communication durant deux ans, jusqu’à la naissance de son premier enfant. Un break de deux ans maman-artiste se transforme en projet de création “Love formatage”.

Parallèlement à son métier de communicante, elle peint la complexité des cœurs, dans une atmosphère sobre, noir – blanc – rouge et rouge à paillettes, ses tons fétiches. Elle empile aussi des cœurs tels les cairns de cailloux en montagne et s’essaie au love land art avec sa collection éphémère “Green Love Garden Party”.

Suite à une macro-crise de COEUR, elle explore d’une nouvelle manière son art et se met à découper des cœurs. Son enthousiasme débordant, son état d’esprit positif prenant toujours le dessus, et son imagination font qu’un nouveau projet fashion – écologique – artistique voit le jour : elle taille et recoupe ses vêtements, ceintures et sacs en cuir, pour en faire des œuvres d’art, en cœurs découpés, superposés, collés.

Elle crée sa signature d’artiste le jour où elle fait encadrer pour la première fois une de ses œuvres, en juillet 2019. Et c’est comme un déclic. C’est un point de départ qui la motive à commencer à diffuser son art, resté jusqu’alors presque secret ou diffusé auprès de ses proches uniquement.

Vous l’aurez compris, Hélène se fait guider par son cœur et les coeurs qu’elle rencontre, ce n’est pas une simple affaire. Elle explore pour ainsi dire artistiquement les voies du cœur, des amours possibles ou impossibles, sous emprise ou libres. En 2019, elle décide de ne plus suivre les cœurs des autres, et de se recentrer sur son propre cœur en étant actrice de l’adage « Qui m’aime me suive ».